La « pas si blanche » côte caraïbe

imageAprès le Sud, le Nord et la côte caraïbe! Une nuit dans le bus (encore!) et voici le club des 4 – Marine, Lola, Math et Dan – à Santa Marta, point de départ de notre périple sur le littoral caribéen.

Cette ville au charme particulier nous propose une ambiance que la Colombie ne nous avait pas offert jusqu’ici, proche de celle du centre de São Paulo visité quelques mois plus tôt : des ruelles jonchées de déchets et de Sdf, des prostituées shootées au crack arpentant le pavé, des fêtards déambulants ivres, une bouteille de rhum à la main. Ambiance Hangover aux Caraïbes !
Nous ne resterons pas longtemps à Santa Marta ! Juste le temps de visiter la plage très touristique de Taganga qui nous offre notre première baignade dans l’océan Atlantique.

C’est reparti pour l’un des sites les plus visités de Colombie, le parc imagenational Tayrona, réputé accueillir des plages paradisiaques de sable blanc.
Bordée de la zone côtière la plus haute du monde – monts à plus de 5000m d’altitude – cette immensité verte et dense s’étend sur plus de 12 000 hectares et se « jette » dans l’Atlantique. Avant de rejoindre le paradis balnéaire tant souhaité, une montagne se dresse devant nous. Lestés de nos gros sacs de 12/15 kgs remplis de nourriture et de nos effets personnels, nous traversons la jungle sous une chaleur torride et une humidité étouffante. La montée jusqu’à Pueblito, site cérémoniel pour les indigènes locaux, nous permet d’admirer les monts enneigés depuis la selva, et bientôt depuis la mer. Le contraste est saisissant! La descente vers l’océan justement se fait à travers un éboulis de rochers où le mot escalade prend tout son sens!

Après 5h de crapahutage, nous atteignons la plage de Cabo San Juan. Et là, nous voyons une plage de sable grossier bordée de imagecocotiers et envahie par une horde de touristes venus faire la fête. Un vrai paradis sans tout ce monde! Et il paraît que Cabo San Juan est la plus belle plage de Tayrona…

Mais notre objectif se situe plus loin, à Arrecifes où nous dormons à la belle étoile, dans un hamac bien sûr! Les plages de La Piscine et de Aranilla sont des miniatures de Cabo San Juan : point de sable fin et blanc et point de tranquillité. Les derniers kilomètres de notre rando nous réconcilient néanmoins avec la beauté du parc : la Piscinita propose une grande étendue de sable presque blanc et une mer aux eaux turquoises, le tout sans trop de touristes! Les courants trop dangereux ne nous permettent pas de barboter tranquillement… Dommage!
Le parc Tayrona vaut vraiment le détour pour sa randonnée dans la jungle mais pas vraiment pour ses plages!

Un peu déçus, nous repartons déjà pour Palomino, réputée elle aussi pour ses plages de paradis blanc… Mais où sont-elles?!?!?? Nous commençons par croire que les colombiens ont de réels problèmes avec les couleurs!
imageToujours pas de sable fin et immaculé mais une certaine tranquillité se dégage effectivement de ce petit village. Au pied de la Sierra Santa Marta, de longues étendues beiges baignées par l’océan poussent au farniente et au repos. Dévalant des montagnes, un rio se jette sur la plage de Palomino : entre eau douce, fraîche et calme, et eau salée, tumultueuse et tourbillonnante.
Les nuits se déroulent au rythme endiablé des parties de belote coinchée, jeu de cartes enseigné par Marine et Lola. La belle à Lyon les filles 😉 !
Palomino sonne également le glas de notre équipée à 4; du moins, c’est ce que nous croyons… Marine « c’est çà! » et Lola « mais non! » repartent vers l’ouest, à Carthagène et nous, à l’est, direction la péninsule de Guajira.

Le reportage photo est ici.

Infos pratiques pour les voyageurs
– la ville de Santa Marta est à éviter ! Si vous n’avez pas le choix, Aluna, calle 21, est le seul hostal valable de la ville. Croyez-nous, nous les avons TOUS fait ! Dormi pour 25 000/pers après négociations. Cuisine à dispo.
– n’allez pas chercher la tranquillité au parc Tayrona ! L’entrée est de 38 000/pers… On trouve que ça fait cher la rando !
– Palomino est un petit village bien sympa où fanienter quelques jours. Une bonne adresse : Eco Garden, 20 000/pers pour une cabane avec deux cuisinés à dispo, après grosses négociations !

Publicités

Une réflexion sur “La « pas si blanche » côte caraïbe

  1. Ce est entendu je n,irai pas à sancta Martha ,embrassé LAURA la prochaine fois que vous serez chez elle ……ici il fait un froid glacial après la neige. MISTRALA 0 …briiiiibriiiii NANOU

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s